Politique d'égalité

Cette politique a pour objet de fournir des opportunités identiques à tous nos employés, sans tenir compte de leur sexe, race, origine ethnique, handicaps, âge, nationalité, origine nationale, sexualité, religion, status marital et classe sociale. Nous nous opposons à toute forme de discrimination illégale et injuste.

Tous nos employés, qu'ils soient à temps partiel, à plein temps ou en intérim, seront traités avec justice et égalité. Les sélections en termes d'emploi, de promotion, de formation ou d'autres avantages seront effectuées uniquement en fonction des aptitudes et des capacités. Tous les employés seront aidés et encouragés à développer leur plein potentiel et les ressources et les talents de nos effectifs seront utilisés pleinement afin de renforcer l'efficacité de notre organisation.

Nous nous engageons de ce fait à respecter les principes suivants :
Chacun de nos employés a droit à un environnement de travail mettant en valeur la dignité et le repect du à tous. Aucune forme d'intimidation, de menaces ou de harcèlement ne sera tolérée.
Cet engagement envers une égalité des opportunités sur le lieu de travail est une bonne pratique de gestion et est du bon sens d'entreprise. Toute entorse à cette politique d'égalité des opportunités sera considérée comme une mauvaise conduite et pourrait donner lieu à des mesures disciplinaires. Les instances dirigeantes soutiennent totalement cette politique qui a reçu l'accord des représentants du personnel. Cette politique sera surveillée et revue annuellement.

La loi

Cette politique sera mise en œuvre dans le cadre de la législation applicable, qui comprend :

  • Loi sur l’équité salariale de 1970 (amendement sur le travail de valeur égale de 1984)
  • Loi sur la réinsertion des délinquants de 1974
  • Loi sur la discrimation sexuelle de 1975 (réglementation sur le changement de sexe en 1999)
  • Loi sur les relations entre les races de 1976
  • Loi relative à la discrimination fondée sur l'invalidité de 1995
  • Loi sur la protection contre le harcèlement de 1997.